Échanges directs entre l’artiste/producteur et l’amateur d’art
Échanges directs entre l’artiste/producteur et l’amateur d’art
Panier 0

Quelques propos supplémentaires concernant la création visuelle

  • L’art n’est pas une catégorie, mais un champ sans bornes de spéculation libre, il ne peut pas être réduit à une activité de production d’images ou d’objets.

  • L’art des musées, des expositions officielles à thématiques, des foires internationales, des salles des ventes, des galeries privées des grands centres urbains, même s'il est une source de réflexions voire d'émotions esthétiques, m’apparaît trop fréquemment comme problématique du fait de ses différentes dépendances aux pouvoirs.

  • L’art est une tentative de dépassement de ce désarroi voire de cette révolte qui peut envahir chacun face à des phénomènes naturels catastrophiques, mais aussi face aux discours officiels falsificateurs, aux injustices sociales et aux actes de cruauté. Il génère du lien entre l’incontournable présence du désastre et le désir de composer, de structurer qui sous-tend tant d'actes humains. C’est un cheminement dédoublé à la fois aux côtés de ce qui se forme et de ce qui se disloque.

  • L’art est une activité dans laquelle il est incontournable de perturber les catégories et les usages.

  • L’art comme travail libre, comme bien commun.

  • Les artistes ne sont pas les seuls à désirer et pouvoir créer.

  • Les réseaux de communication et d’échanges numérisés présentent de nombreux inconvénients en matière de contrôles des personnes et de ruptures avec le non humain.

  • Ils permettent cependant de diffuser largement des productions diverses, des créations individuelles de toutes sortes et des idées à propos d’un art commun à tous à naître et à penser.

  • Ils offrent aujourd’hui à chacun des moyens pour construire une réelle autonomie alors que paradoxalement les moyens de surveillance des individus n’ont peut-être jamais été aussi efficaces.

  • Je considère les pratiques artistiques comme des champs de résistances aux désindividuations engendrées par les automatisations, par les structures de contrôle et par les inégalités en matière d’accès aux savoirs, aux resseources et aux moyens de production.

Sentier, avril 2018